Mika veut débuter l’acro en parapente

Cela va faire maintenant trois ans que je vole et je me pose des questions sur ma pratique. Après avoir passé le cap de l’apprentissage et mettre fait la main en thermique et principalement en marche et vol, quelle sera la suite ? Premièrement, je constate une lassitude à faire l’essuie-glace sur une crête. Deuxièmement je ne me vois pas sortir du bocal pour aller poser dans la pampa et passer le reste de l’après-midi à faire du stop pour revenir à mon point de départ. Le cross demande une analyse météo très poussée et les grosses journées exploitables ne font pas légion. Parallèlement j’adore le hike and fly car il regroupe le côté randonnée bucolique et un vol contemplatif. Et il offre l’avantage d’entretenir mon intégrité physique. Mais par dessus tout, j’aime la technique ; le gonflage au sol, la repose au déco quand c’est possible et la recherche de sensations. Alors nait en moi cette envie : Pourquoi ne pas débuter l’acro en parapente ?

L’acro en parapente : kesako ?

Parmi les différentes disciplines du parapente, c’est la plus spectaculaire, exigeante et assez confidentielle. Beaucoup de pilotes, parmi les meilleurs, ont d’abord excellé en acro avant de devenir des cadors du cross. Car être à l’aise avec la gestion de sa voile quelque soit la situation ouvre à la sérénité pour les gros vols de distance. Au dire de certains pilotes, l’acrobatie permet de sortir de situation délicate et également de lever l’incertitude de l’utilisation du secours.

Chaque année, il y a un championnat de coupe du monde ainsi qu’un rendez-vous annuel au bord du lac Léman en Suisse : l’Acroshow. L’acro en parapente c’est aller jusqu’aux limites de l’incident de vol pour en sortir de façon acrobatique avec des figures ou des manœuvres.

Les manœuvres

Afin de ne pas se mettre en danger, il faut acquérir progressivement un touché et une sensibilité aux commandes. A priori pour débuter l’acro en parapente, il y a un ordre à respecter. Ainsi le niveau de difficulté augmente progressivement jusqu’aux vraies manœuvres d’acrobaties. En fait il ne faut surtout pas essayer d’aller trop vite au risque de se brûler les ailes.

Un ordre exhaustif des manœuvres en fonction de leur difficulté :

Spirale ou 360 engagé

Ce n’est pas à première vue une manœuvre d’acro mais c’est une figure à maitriser. Cette spirale fait partie des manœuvres de descente rapide. Mais il faut y aller progressivement dans son apprentissage pour habituer l’organisme. Effectivement la force centrifuge générée par la mise en rotation peut faire perdre ses repères visuels, voire perdre connaissance.

Wing-over

C’est du roulis associé au tangage que l’on accentue à la commande. Cette manœuvre amène le pilote à se balancer jusqu’au-dessus de l’aile. Ainsi, avec l’élan, cela devient grisant par la vitesse et les accélérations ressenties. Assez technique avec une gestuelle et synchronisation à respecter, c’est la manœuvre des débuts de l’acro.

Attention tout de même car c’est une manoeuvre engagé ! Car cela peut amener à des incidents comme des fermetures avec une cravate en finale. Mais maitriser cette exercice, permet de  dominer sa voile et d’avoir de bons réflexes vis à vis du vol en turbulences. Enfin, c’est un exercice qui sert d’étape vers des manœuvres types fermetures , décrochages asymétriques ou départ en vrille.

Manoeuvres pour débuter l'acro en parapente

Décrochage

C’est la manœuvre la plus importante ! Cette dernière doit être parfaitement maîtrisée avant de débuter l’acro en parapente. Et plus précisément , il faut trouver le plus rapidement où se trouve la marche arrière.Très souvent, c’est un pré-requis pour accéder à des stages purs acro. Tant que ce dernier n’est pas acquis, les autres figures sont proscrites. A apprendre en milieu sécurisé, stage SIV au-dessus d’un plan d’eau.

Manoeuvre de décrochage en parapente

SAT

Cela ressemble à la spirale mais le centre de rotation se trouve entre le pilote et la voile. Plus précisément la voile tourne en avant tandis que le pilote vol en arrière. Le taux de chute n’est pas si important, aux alentours de 6m/s à contrario de la spirale engagée qui peut atteindre 15m/s !

Hélicoptère

La manœuvre revient à descendre sur l’axe du lacet c’est beau à voir quand en plus il y aussi changement de sens de rotation au cours de la figure. Voici une liste non exhaustive des premières manœuvres que l’on considère comme les basiques de l’acro. Bien plus tard si vous le souhaitez, il y a des manœuvres au doux noms de Tumbling, Mac Twist, Misty Flip et un condensé de toutes celles-ci effectué ensemble.

Manoeuvre de tumbling en parapente

Vol de proximité ou Acro pur

Comme beaucoup de parapentistes, le vol libre m’a sauté aux yeux en voyant des vidéos de Jean Baptiste Chandelier. Le Peter Pan du parapente a mis en exergue le vol de proximité dans des vidéos toutes aussi belles les unes des autres avec des lieux et des musiques époustouflantes. Finalement c’est cela qui m’anime et vers lequel je veux tendre en m’orientant vers l’acro ou plutôt le freestyle.

Loin de moi de mettre à l’envers avec les Tumblings, je pense que j’ai passé l’âge !

Trop vieux ?

Malgré les apparences, je viens de passer le cap de la cinquantaine. Toujours aussi sportif et à la recherche de nouvelles sensations je me dis que je peux m’y mettre tout en restant dans une zone de confort. Finalement, j’aspire à cette discipline car j’adore la technique et pense y trouver une satisfaction là où d’autres s’épanouissent dans le cross. En plus j’ai toujours le sentiment d’être vulnérable quand je suis loin du sol. Débuter l’acro en parapente me permettra d’acquérir des moyens pour descendre le plus vite et améliorer mon pilotage.

Conseils avec membres du club du Poupet vol libre

Pourquoi aller chercher midi à quatorze heures quand au sein de mon club je croise des acrobates parmi les cinq premiers mondiaux. Quand j’ai parlé à Tom Chauvin de mon projet de débuter l’acro en parapente, ce dernier a ri. Pas pour se moquer de moi je pense. Du moins je l’espère puisqu’il n’a pas été avare en conseil. Un maximum de travail au sol m’a-t-il répété en m’expliquant quelques exercices. Puis il y a son petit frère Hugo Chauvin, discret presque effacé. On le voit parfois faire des aller-retour entre l’atelier voilerie de l’école du Poupet et sa maison, une machine à coudre sous le bras, des bandes de tissu et des suspentes virevoltantes. Vision improbable pour la plupart des jeunes de sa génération. En réalité derrière ce garçon un peu frêle se cache l’un des meilleurs mondiaux de la discipline. Et vous l’aurez peut-être compris, il fabrique lui-même ses propres parapentes ! C’est tellement inspirant de les côtoyer et les voir voler au Poupet. Enfin il y a également Axel Coste vice-champion du monde d’acro en 2022 au club du Poupet, mais je n’ai pas encore eu l’occasion de le croiser. 

Logo du club de parapente du Poupet

Faire un biplace acro

Et si pour finir de m’en convaincre je faisais un biplace acro avec un de ces cadors au sein de mon club ? C’est sans nul doute le meilleur moyen de connaitre rapidement les sensations de vitesse et d’adrénaline procurées par ces figures que j’aspire un jour à réaliser moi-même. Ainsi je pourrai m’assurer que je suis physiquement prêt pour débuter l’acro en parapente. 

Ce sera le deuxième biplace de ma vie de parapentiste. Mon premier l’a été durant un vol pédagogique pour comprendre les thermiques lors d’un stage avec l’ENSA. Et cette expérience m’a beaucoup apporté en matière de ressentie. Donc je suis persuadé de l’intérêt de me faire mettre la tête à l’envers en biplace. 

Par où commencer pour débuter l'acro en parapente

Le SIV : Simulation Incident de Vol

Tout pilote qui veut prendre confiance en soi et son matériel doit faire ce type de stage. Pour ma part, ce sera mon premier cette année. Sev a réalisé son premier SIV l’an dernier avec la ligue féminine de vol libre de Franche-Comté. Ce stage va me sortir de ma zone de confort. Puis selon les dires de copains parapentistes, il va décoincer certains de mes blocages. 

Aussi, le SIV est le passage obligatoire pour débuter l’acro en parapente.

A travers cette expérience au-delà de l’aspect sécurité je vais pouvoir progresser et tendre vers des manoeuvres d’acrobaties comme les wings over. Bien sûr, je prends parfaitement conscience que cela ne se fera pas à l’issue de ce stage de trois jours. 

Sev qui fait une cascade après un incident de vol

Quelque soit les écoles proposant ces stages, elles adoptent un protocole très progressif. La plupart du temps on passe à une nouvelle manoeuvre quand les plus faciles sont parfaitement acquises. J’espère maitriser le 360 sortie chandelle à l’issue de mon premier SIV. Et je sais d’ores et déjà qu’il me faudra sans doute plusieurs stages pour aller vers le décrochage et d’autres manoeuvres délicates.

Stages d’acro en parapente

Quelques structures proposent des stages entièrement consacrés à l’acro en parapente. Comme Plaine attitude, une école qui se trouve en Normandie. Sa particularité, un décollage au treuil au-dessus d’un plan d’eau et encadré par l’un des meilleurs pilotes de la discipline : Eliot Nochez. Une autre structure : Go2Fly, basé à Annecy, propose différents stages SIV progressif. Cela commence sur des basiques, du perfectionnement au pilotage jusqu’à la possibilité d’enchainer des manoeuvres d’acrobatie.

Mais pour accéder à ces stages, il y a des pré-requis sur des manœuvres apprises en SIV. Principalement : être capable de répéter proprement de nombreuses fois le décrochage. Et pour ce faire, il faut avoir le cran de réaliser ces figures seul sans moniteur à la radio et au-dessus de la terre ferme. Effectivement pour les assimiler, les décrochages doivent s’entretenir tout au long de sa vie de pilote, vol après vol. On peut dire que c’est un entrainement régulier à mettre en place. Débuter l’acro en parapente passe par ces étapes incontournables : stages SIV puis entraînement individuel régulier et assidu.

Supports pédagogiques

Il y a la masterclass Wingmaster qui est très bien faite. Un forum complète les vidéos pédagogiques de Jérôme Canaud ainsi qu’un direct hebdomadaire pour répondre à des questions autour du parapente. Cela s’adresse aussi bien au débutant qu’au pilote confirmé. A partir de ce format, il existe son pendant autour de l’acrobatie, Justacro. Une masterclass où l’on y voit des tutos pour réaliser toutes les manoeuvres de l’acro. Cette dernière a été élaborée par Pál Takáts, un hongrois, qui a été champion du monde et possède bien d’autres titres dans la discipline. Par contre, je vous mets en garde, ce sont des supports immatériels. Il est inconcevable de débuter l’acro en parapente seul devant un écran avec des vidéos comme support pédagogique. Afin d’éviter tout accident, l’encadrement par des moniteurs professionnels lors d’un SIV reste le moyen plus sûr et le plus progressif.

Où pratiquer ?

Faut du gaz ! L’acro en parapente consomme beaucoup d’altitude lors des manœuvres. Ainsi certains spots incontournables pour la voltige regroupent les conditions aérologiques idéales et le dénivelé suffisant. Parmi eux deux spots reviennent exclusivement. Organya, au nord de l’Espagne qui offre un gain de 1000m de gaz. C’est la Mecque de l’acro où les meilleurs pilotes se donnent rendez-vous chaque année pour des mois de sessions dans une aérologie extraordinaire. Une pompe qui vous projette sans cesse à des centaines de mètres au-dessus du décollage.  En définitive c’est la fatigue des runs qui posera le pilote au sol. A l’Automne, quel bonheur de se mettre la tête à l’envers à Oludeniz en Turquie et finir la journée les pieds dans la mer Egée. En hiver, c’est au Grand-Bornand ou à Chamonix que ça se passe. Cette dernière, capitale de l’alpinisme est souvent fréquentée par les voltigeurs grâce à l’accès au télécabine du Brévent offrant 1000m au-dessus du plancher. Mais pour les plus frileux en hiver il y a le site de Roquebrune-Cap-Martin au bord de la Méditerranée, climat doux assuré. Ou encore le site Monte Baldo en Italie au bord du lac de Garde qui vous expose à 1700m de gaz !

Oludeniz
Organya

Quelle Matériel ?

Comme pour chaque pratique du parapente, il y a du matériel adapté. Le cross ainsi que le hike and fly remporte le plus de suffrages. Alors forcément les fabricants ont développé et investi davantage pour ces pratiques du vol libre. De son côté l’activité d’acro en parapente étant plus réduite, peu de marques s’y intéressent. Toutefois deux ou trois fabricants ressortent souvent du lot et trustent les podiums des compétitions internationales : U-turn et AirG. Les ailes qu’ils produisent possèdent des tissus robustes et des suspentes de diamètre énorme. Quant aux sellettes, certes elles sont confortables et ultra-stables mais pèsent un âne mort. Ainsi un combo aile, sellette et secours pourrait bien peser à lui seul 16kg. Donc vous imaginez bien que pour débuter par du travail au sol, ça risque de faire lourd. Alors plutôt que d’acheter du matériel spécifique, un consensus préconise de débuter l’acro en parapente avec son propre matériel. Ensuite utiliser une voile solide EN-B chargé à plus de 10Kg au-dessus du PTV max pour qu’elle soit plus réactive et énergique.

Logo de la marque U-Turn
Logo de la marque AirG

Le type de voile

Après, il faut savoir que le matériel est mis à rude épreuve. Les contraintes mécaniques contribuent au vieillissement prématuré de la voile et du suspentage. Les parapentes d’acro sont conçus avec des tissus parmi les plus lourds et les suspentes dépassent celle des biplace. Le poids de la voile dépasse allègrement le poids d’une voile de cross pour deux fois moins de surface. En plus ces dernières sont quasiment inutilisables en dehors de l’acro car le débattement des commandes est très courts. Aujourd’hui tout de même il y a des voiles que l’on attribue pour le freestyle. Elles offrent un compromis entre solidité et agilité pour le jeu au sol mais également l’exploitation des thermiques pour entretenir le run et s’amuser à volonté en l’air. Pour ma part, pour apprendre dans de bonne condition, j’utiliserais  ma voile actuelle (ViVo de chez AirDesign) avant de passer sur une aile typée pour le freestyle ou l’acro. 

La sellette

Celles-ci également sont spécifiques. Elles offrent un confort exceptionnel ainsi qu’un maintien qui permet de faire bloc pour le pilote avec cette dernière. Mais au même titre que les voiles, elles sont lourdes car elles embarquent en même temps deux parachutes de secours qui amènent cet ensemble à 10Kg.

Au final, au vu d’un choix restreint et ne voulant pas mettre un prix exorbitant, j’acquière une sellette Acro4 d’occasion équipée d’un cale-pied.

Selette d'acro Supair
@Supair Acro4

Les secours

Les pilotes d’acro en parapente font partis les parapentistes les plus à mêmes de parler secours tant son utilisation fait partis intégrantes de leur pratique. Pour faire simple, ils s’en embarquent toujours deux et souvent de typologie différentes qu’ils prennent soin de replier bien plus souvent qu’un parapentiste lambda.

@Nervures Plum2
@GIN G-Lite

Y’a plus qu’à !

L’avenir proche me dira si je suis fait pour l’acro en parapente. J’attends avec impatience ce premier SIV qui me fera connaitre déjà quelques belles sensations fortes. Ainsi je vais ressentir si c’est fait pour moi et si j’ai réellement envie de mener à bien ce projet, cette envie de voltige. Suivez mes aventures d’acrobates en devenir sur nos réseaux et surtout ici sur notre blog. Je ne manquerai de voler la plume de Sev pour vous raconter mes péripéties et ma progression.

Maintenant que je vous ai exposé mon intention de débuter l’acro en parapente, faites moi part de votre sentiment et vos aspirations.

 Mika, futur acrobate ?

Cet article a 6 commentaires

  1. Mathias

    En voilà un bien joli projet!! Hike’n’acro!

    1. mika

      Merci Mathias, effectivement un projet sur du long terme. Comme je l’écris dans l’article, je vais faire les choses dans l’ordre pour pas me cramer ????
      Le Hike and acro un concept à étudier mais le matos pèse quand même un âne mort ????

  2. Jonathan

    Très beau projet Mika ! Avec de l’ambition et de la maturité pour couronner le tout. Tu as tout résumé pour commencer l’accro dans les meilleures conditions ????
    Maintenant il ne te reste plus qu’à enchaîner les runs ????

    1. mika

      Merci John, c’est la sagesse qui parle. Je me souviens qu’à la coupe Icare, tu m’avais expliqué que tu voulais maîtriser certaines manoeuvres d’acro pour pouvoir crosser sereinement. Effectivement c’est une tendance de fond que l’on retrouve chez tous les cadors de cette discipline. Pal Takats, François Ragolski, Honorin Hamard ainsi que Maxime Pinot ce sont adonnés à cette pratique et on voit les champions que c’est aujourd’hui. Ainsi avec ces outils je me sentirais moins vulnérable dans la masse d’air et en même temps je pense y trouver ce j’aime par dessus tout : la technique.

  3. John

    Dommage de dire qu’une aile d’acro et inutilisable hors de l’acrobatie, sauf aller voler avec une 14m2 on peut même s’amuser à crosser avec. (C’est même un exercice au top d’aller faire du thermique en voile d’acro face au aile classique)
    Et en SIV on fait souvent des décrochages avant les wings over. Justement pouvoir faire un reset de l’aile c’est pas mal parce que le winf over rapproche fortement de la frontale massive. La Masterclass de winchester s’adresse surtout au débitant et pilote débrouillé juste à voir les thème de leurs vidéo de vente de leurs cours pour s’en rendre compte.
    Le déco d’organia et pas bien haut et sûrement pas 1000m de gaz après effectivement les conditions aerologique permettent d’avoir des hauteurs de folie pour les manœuvres.
    Et si faire des aller retour le long d’une crête et ennuyeux il faudra aller faire de l’accro autre part qu’au poupet parce que les journées d’acro sont encore plus rare que les journées de cross ????
    Pour s’amuser au vol de proximité par chez vous il y a charezier qui est vraiment top. Il faut aller faire des heures à la dune, dans les baronnies l’arbre à Jacques c’est le kiff le soir.
    Bon courage pour se mettre à l’acro

    1. mika

      Salut John, je vois qu’on fréquente les mêmes spots (Poupet, Baronnies..)
      Effectivement tout est possible quelques soit le type de voile. C’est le pilote qui fait le vol et non la voile. Tu as raison de dire que le wing over s’apprend après le décrochage car c’est déjà de l’acro. Enfin pour Organya je me suis mal exprimé le déco est à 300m mais la pompe peut t’emmener à une hauteur de 1000m. Je te remercie pour toutes ces remarques mais comme je l’exprime dans l’article je suis en pleine réflexion.
      Mika

Laisser un commentaire