Découverte du ski de rando et vol à Montgenèvre

Combo ski de rando et vol en parapente, ça vous tente ? Si vous pratiquez le Hike and Fly en été et êtes bon skieur, alors passez au ski de rando et vol en hiver. De notre côté nous avons pris du temps avant de nous lancer, et quel dommage. Effectivement la sensation de glisse en ski combinée avec l’envol rend complètement accro. Alors découvrez nos conseils pour débuter ce combo et vivez notre premier décollage en ski à Montgenèvre.

Les différentes pratiques du vol libre en hiver

Le ski de rando et vol, ça vous parle ? J’imagine que non, surtout si vous n’êtes pas adeptes de la peau de phoque. Mais d’ailleurs faites-vous partie des parapentistes qui continuent à voler en hiver ? Car effectivement quand arrive le froid et le mauvais temps nombreux pilotes stockent leur matériel en attendant le Printemps. Par contre d’autres pilotes continuent à voler en parapente. Parmi eux certains amoureux des montagnes enneigées volent en station. D’ailleurs c’est ce que nous avions testé il y a deux ans au Grand-Bornand. Effectivement c’est très pratique, car cette station propose des forfaits parapentistes et offre l’accès au décollage du mont Lachat à pied. Et donc on décolle à pied comme en été sauf que c’est dans la neige damée. Mais elles sont rares les stations comme le Grand-Bornand. En bien souvent l’accès est autorisé uniquement en ski. Alors il faut être suffisamment à l’aise pour décoller en s’élançant en ski. Finalement cette activité intéresse de plus en plus de monde car il existe des compétitions de vol et ski en station. Et pourquoi ne pas le faire en dehors des stations. Ce serait quand même plus chouette de décoller au coeur des montagnes sauvages sans installations mécaniques. Bref pourquoi ne pas faire comme le Hike and Fly en été, mais avec des skis. D’où notre envie de gravir des sommets en ski de rando avec le parapente dans le sac à dos, et descendre en volant si les conditions sont réunies. 

Mika au décollage avec sa Susi3 au Grand Bornand
Sev en vol avec Gourdon et la crête de Cavillore en arrière plan

Pourquoi se mettre au ski de rando et vol ?

Se mettre au ski de rando et vol parait évident, si comme Mika et moi vous pratiquez depuis de nombreuses années le ski et le parapente. Effectivement vous aimez sans doute l’effort de la montée en peaux de phoque. Et à l’arrivée au sommet, la beauté des montagnes et le plaisir d’un vol en parapente récompense cet effort. Finalement le ski de rando et vol est le Hike and Fly de l’hiver. En fait quand on aime les rando-vol l’été, finalement c’est naturel d’envisager de le faire l’hiver avec les peaux de phoque. Oui mais pourquoi avons-nous attendu si longtemps avant de faire ce premier ski de rando et vol à Montgenèvre ? Tout simplement car nous n’avions pas envie de nous priver du plaisir de la glisse en ski à la descente. Pour peu que la neige soit parfaite, le plaisir de la poudreuse vaut tous les ploufs en parapente. Par contre avec des conditions d’enneigement exécrables, un vol en parapente pour descendre permet d’éviter bien des galères. Neige croutée ou déficitaire, s’échapper par la voie des airs offre une belle alternative. En résumé vous aurez compris où je veux en venir. Il faut se mettre au ski de rando et vol par conditions de neige mauvaise pour une descente en ski. Donc c’est le cas cet hiver dans les Alpes du sud, c’est pourquoi nous y avons fait notre premier décollage à ski.

Comment débuter le ski de rando et vol ?

Pour débuter le ski de rando et vol, nous avons appliqué la même méthode qu’à nos débuts en peaux de phoque. Et franchement je vous conseille vivement cette technique. Sachez que vous vous épargnerez quelques phases de stress. En fait c’est simple à nos débuts en ski de rando, nous allions en station de ski et remontions les pistes. Arrivés en haut, nous enlevions les peaux pour s’offrir une descente sur la piste gravie. Puis petit à petit, en répétant ces entrainements en terrains sécurisés, nous avons pris confiance. Et nous avons fini par partir à l’aventure au coeur des montagnes non mécanisées. La répétition et le cumul d’expérience favorise l’acquisition des gestes techniques. En fait tout devient fluide, facile et automatique. Alors que nos premières conversions finissaient en acrobatie, avec l’expérience cela devint instinctif.

Alors il nous est apparu logique et sécurisant d’appliquer cette méthode pour notre premier décollage en ski. C’est déjà assez stressant d’envisager la prévol du parapente sur la neige. Alors si nous ajoutons le stress de ne pas vraiment savoir comment on va faire avec les skis, puis le fait de ne pas savoir où on va vacher. Cela fait déjà beaucoup d’inconnus. Donc choisir un décollage et un atterrissage identifiés dans une station de ski, enlève beaucoup de pollution mentale. Il ne reste plus que l’aspect des manipulations techniques à réaliser avec les skis. En fait décoller ski au pied offre de nouvelles sensations certes à découvrir mais surtout à appréhender. Mais avant de décoller il va falloir faire la prévol, mettre les skis et gérer sa vitesse tout en contrôlant son parapente. 

Recommandation sur la pratique du vol et ski dans les stations de ski

Attention si vous avez l’intention de remonter les pistes en ski de rando. Désormais c’est interdit et nombreuses stations ont créé des itinéraires à l’écart des pistes. Donc par respect et sécurité, je vous conseille vivement de les emprunter. Sachez également que les décollages sont interdits sur les pistes. En fait vous devez décoller depuis la zone d’envol repéré. Et s’il n’y en a pas, alors vous devez trouver une pente en dehors du domaine skiable. Puis en vol vous ne survolez pas les installations et les pistes. 

Récit de notre premier ski de rando et vol à Montgenèvre

Informations stratégiques pour ski de rando et vol à Montgenèvre

Divers parkings dans la station à 1800m, tous payants. En fourgon aménagé ou camping-car, n’hésitez pas à stationner sur le parking prévu pour les véhicules aménagés. Le prix dégressif au bout de quelques jours rend le séjour très accessible et confortable à 5 min à pied du centre du village. Egalement des navettes gratuites pour rejoindre le téléphérique du Chalvet.

Débutant. Mais savoir skier

700m sur un sentier balisé

Sud-Ouest Manche à air

Iconly/Bold/Danger

En plein hiver, le vol sera calme quelle que soit l’heure. Par contre quand la neige disparait en bas de la station, les thermiques peuvent se mettre en place.

A l’arrivée du télésiège du Chalvet à 2577m. Zone d’envol très large sécurisée et repéré, géré par Origin’air. Très confort pour un premier décollage à ski. Il est possible de monter en ski de rando mais également en télésiège.

Près du chalet nordique, le long des pistes de ski de fond. La zone est repérée par une manche à air. Et un filet sépare l’atterrissage des pistes de ski de fond. Le terrain est très long sans obstacle, loin des installations mécaniques. A nouveau très confortable pour les débutants en ski de rando et vol.

Objectif hiver 2024 : décoller en ski

Quoi de mieux qu’un hiver pourri pour se lancer en ski de rando et vol ? Voilà bientôt 4 ans que nous volons en parapente et nous n’avons toujours pas décollé en ski. Peut-être que l’occasion ne s’est pas présentée ou plutôt nous ne l’avons pas provoquée. En fait l’hiver nous adorons gravir les montagnes en ski de rando. Et surtout l’idée est de s’offrir le plaisir de la glisse en ski à la descente. Mais voilà cette année, l’hiver pointe aux abonnés absents. Le début de saison hivernale prometteur mi-décembre, se transforme en Printemps dès fin Janvier dans les Ecrins. Et avec les températures excessives, la neige se dégrade et fond à vue d’oeil. Finalement nous avons perdu toute motivation à faire des ascensions en peaux de phoques, craignant d’avoir des conditions exécrables voire dangereuses à la descente. C’est alors que nous avons enfin eu l’idée de faire notre première ascension en ski de rando pour descendre en volant. En fait nous venons de rentrer d’un séjour en famille en Toscane et faisons halte à Montgenèvre. Cette station culmine à 1800m d’altitude et notre idée est de profiter du domaine skiable correctement enneigé. Sauf qu’à notre arrivée, nous découvrons une manche à air et les drapeaux d’une agence de baptême en parapente, Origin air. Oublié la journée de ski sur les pistes, place à un vol en parapente dans les montagnes. Alors ni une ni deux nous contactons les bi-placeurs. Florian qui gère l’agence nous livre toutes les informations nécessaires pour aller voler. D’ailleurs il nous précise qu’il faut décoller en ski. Et il précise que le lendemain ça vole depuis le déco du Chalvet, le plus beau des Haute-Alpes selon lui. Il n’en fallait pas plus pour que nous décidions d’aller vérifier ça le lendemain en ski de rando et vol.

Vu la station de ski de Montgenèvre depuis les airs
Vu panoramique sur la chaine des Écrins dans les Alpes du sud

Ski de rando à Montgenèvre

Le covid a eu un effet positif dans les stations de ski puisqu’elles proposent désormais des itinéraires de ski de rando. Et quelle chance pour nous, la trace de Montgenèvre monte au Chalvet où se situe le décollage de parapente. Pas besoin de se casser la tête à chercher l’itinéraire puisqu’il est balisé et sécurisé par l’ESF. Comme je vous le disais précédemment, déjà un souci en moins. Le départ se fait sur la gauche de la télécabine du Chalvet, c’est d’ailleurs bien indiqué puis balisé. Après il n’y a plus qu’à suivre les petits panneaux jaunes au milieu de la forêt. Effectivement nous passons bien à l’écart des pistes et des installations mécaniques que nous voyons très peu. A savoir que l’itinéraire reste facile même si quelques portions un peu plus pentues chauffent les cuisses. En fait nous avons presque l’impression d’être sur une course sauvage. Surtout sur le dernier tiers de la montée. Au fur et à mesure que nous montons les Ecrins se dévoilent. Et nous avons la sensation d’avoir les Hautes montagnes à portée de main. Et à l’issue des 700m de dénivelé, c’est le clou du spectacle. Nous atteignons le Chalvet l’objectif du jour et découvrons les lieux de notre peut-être premier ski de rando et vol.

Départ du sentier balisé en ski de rando de Montgenèvre
Mika sur départ pour du ski de rando et vol à Montgenèvre
Sev et Mika sur le sentier de ski de rando et vol à Montgenèvre
Mika sur le sentier de ski de rando et vol
Mika en ski de rando avec les Alpes italiennes en arrière plan
Montée en ski de rando et vol à proximité des pistes de Montgenèvre
Mika qui en fini avec la montée de ski de rando et vol

Découverte du décollage du Chalvet à Montgenèvre

Vu sur les Alpes Italiennes lors de la montée en ski de rando et vol

Alors que nous arrivons au Chalvet à 2577m, nous n’en croyons pas nos yeux en identifiant la zone de décollage en parapente. Et nous repensons aux mots de Florian, le bi-placeur local concernant la beauté du décollage. Franchement, nous devons admettre que c’est majestueusement beau. La vue panoramique sur les Écrins nous émerveille alors que nous identifions le Pelvoux, les Bans, la Barre des Écrins et la Meije. Mais passé ce moment de paillette dans les yeux, nous revenons rapidement à notre affaire du jour. Nous sommes là pour décoller en ski alors voyons la zone de décollage et les conditions de vent.

D’abord belle surprise de constater la sécurisation par des filets de l’aire d’envol. Ainsi les skieurs ne risquent pas d’approcher et skier sur nos suspentes. En même temps si ça devait arriver, nous les aiderions à décoller mais sans parapente. Bref en plus de ces filets, il y a plusieurs drapeaux, manches à air et également un pioupiou pour nous donner la valeur du vent. La zone est très large et damée, c’est donc parfait pour la glisse en ski. Donc en plus d’offrir une vue grandiose, ce décollage est très bien équipé et entretenu. Seul bémol, il n’y a pas de plateforme pour préparer son parapente à plat et être sûr qu’il ne glisse pas. Mais nous n’allons pas faire les difficiles d’autant que les conditions sont acceptables pour voler. Oui je dis acceptable car le vent est franchement Ouest alors que l’orientation optimale est Sud-Ouest. Puis visiblement c’est assez soutenu pour un décollage en ski. D’ailleurs par sécurité Florian décollera à pied avec son client passager. Mais ce n’est pas un 15 à 20 km/h qui va freiner nos ardeurs de décoller en ski.

Vu panoramique sur la chaine des Écrins dans les Alpes du sud
Aire de décollage en ski de la station de Montgenèvre
Piste de décollage de Montgenèvre pour du vol et ski

Préparer son parapente sur une piste enneigée

Les propriétaires de parapente light savent à quel point cela peu être galère da faire une prévol dans le vent soutenu. Ajouté à cela un terrain glissant en pente comme un décollage sur une piste de ski enneigé et vous avez des conditions de prévol peu confortable. Bref voilà ce qui vous attend si vous vous décidez à faire du ski de rando et vol. Mais pas question de baisser les bras à la première difficulté. Bien au contraire, c’est intéressant de se lancer dans une nouvelle pratique et découvrir les gestes et astuces pour être efficace. Un atout majeur, c’est le soin qui est pris dans le pliage du parapente après vol. Avec une technique rigoureuse, les suspentes ne s’emmêlent pas et la prévol devient un jeu d’enfant. En fait il n’y a quasi rien à faire lorsque nous sortons notre aile de son sac de compression. Du coup cela ne nous a posé aucun problème de réaliser notre prévol dans la neige. Par contre après ça j’ai fait un bug. Enfin je me suis demandée quand est-ce que j’allai mettre mes skis. Alors je vous situe à nouveau la scène : le décollage est une pente enneigée damée bien dure et sans replat. Alors il est délicat de poser les skis de rando en travers de la pente sur les carres pendant qu’on s’occupe du parapente. Donc je les ai coincés en enfonçant les fixations dans la neige. Et comme nous laissons toujours notre sellette string connecté aux élévateurs, j’ai décidé de la déconnecter. Ainsi j’ai enfilé ma sellette et mis mon sac à dos. Pour finir j’ai pris mon parapente en bouchon dans une main et j’ai récupéré mes skis dans l’autre pour me placer sur le décollage. 

Mise en place pour le décollage à ski

Alors que nous nous apprêtons à nous positionner sur le décollage, Florian le bi-placeur nous fait une dernière recommandation. Il nous explique que malgré les apparences depuis la zone de prévol, nous n’allons pas décoller sur une piste de ski. En réalité, 200m plus bas  il y a une rupture que l’on ne voit pas et c’est le grand saut dans le vide. Donc il nous met en garde, surtout dans le cas où notre parapente ne monterait pas au gonflage. Il ne faudrait pas que l’on continue à glisser avec les skis en trainant notre aile sur la neige et arriver ainsi à la falaise. Visiblement il y a eu quelques accidents par le passé. Voilà qui est dit et qui ne me met franchement à l’aise. Déjà que je ne sais toujours pas comment je vais mettre mes skis dans cette pente. Et ce vent de travers en rafales qui fait tourner la SuSi3 dans tous les sens. Alors que je la remets comme je peux en bouchon, je vois Mika faire ce que je crois être un gonflage. Mais en fait après un gonflage face-voile, il glisse sur ses skis face à la pente avec son parapente au-dessus de la tête. En fait il décolle sous mes yeux ébahis ou éblouis à la fois. Je viens d’assister à son premier décollage à ski tellement déconcertant de facilité comme s’il avait toujours fait ça. Et pendant qu’il plane face aux Écrins, moi je n’ai toujours pas accroché mes skis. En fait je stresse car je n’arrive pas à les bloquer en travers pente. Mais une fois le ski aval verrouillé par je ne sais quel miracle, je me stabilise sur le kart pour verrouiller le ski suivant. Voilà je suis enfin prête à tenter un décollage à ski face voile comme Mika. 

tentative de décollage de Mika à ski
Décollage à ski en face voile
Mika glisse à ski pour son décollage en parapente
Mika en vol après son décollage à ski depuis la station de Montgenèvre

Le premier décollage à ski

Donc je mets doucement mes skis dans la pente. Malheureusement l’aile part en glissade sur le côté. Je la reprends en bouchon et remonte la pente comme je peux. Je fais une seconde tentative en face voile, l’aile monte de travers mais je ne parviens pas à la contrôler. Et rebelotte ça twiste pendant que je glisse vers le bas du décollage en me rapprochant du vide. Là j’avoue que je commence à douter. Mais je respire calmement et analyse ma situation. D’abord le vent soutenu et travers me donne trop de difficultés. Puis avec les skis au pied je n’arrive pas à m’équilibrer pour contrôler correctement le gonflage de mon aile. Finalement là où je suis descendue, je me rends compte le vent est faible. Et j’ai encore de la marge avant d’atteindre la rupture de pente. Donc je décide de faire une troisième tentative en dos voile. Alors je dérape doucement dans la pente pour tendre mes suspentes, en position dos-voile avec les avants dans les mains. Une fois à peu près centrée, je maintiens ma position avec mes skis parallèle en travers pente. J’inspire profondément et expire fort. Voilà c’est le moment de m’élancer.  Donc je mets mes skis dans la pente en chasse-neige pour ne pas donner trop de vitesse à mon aile légère. Malgré tout elle arrive vite au-dessus de ma tête, je la temporise et m’élance dans la pente. Cette glisse sur les skis avec l’aile ne durera pas longtemps. Avant la rupture de pente mon parapente me prend en charge et les skis se décollent de la piste enneigée. La sensation que je ressens à ce moment est dingue. Finalement avec un peu de patience j’ai réussi à venir à bout de mon premier décollage ski de rando et vol. 

Début de glisse pour le décollage de Sev à ski
Sev décolle après sa prise en charge par son parapente
Sev dans les airs pour son premier décollage à ski
A bord du ski de rando et vol de Sev
Sev en vol avec ses skis

Voler en parapente et atterrir avec des skis

Curieusement alors que je plane euphorique sous mon parapente, je ne ressens aucune gêne. En fait je craignais d’être perturbée en vol par le poids des chaussures et des skis au pied. D’autant que je plane dans une sellette string. Et il faut admettre que ce n’est pas connu pour son grand confort. Malgré tout, cela ne change vraiment rien côté pilotage et surtout je suis tout simplement bien. Alors je provoque un peu de roulis, et engage un 360 à vitesse modéré. Tout va bien, je ne m’emmêle pas les pinceaux ou plutôt les skis. A l’évidence ce premier ski de rando et vol ne va pas durer longtemps puisque j’arrive déjà à l’aplomb de la zone de perte d’altitude. La brise rentre bien, je file à vive allure en branche vent arrière sous ma SuSi3 en 16m2. Qui plus est avec le matériel de ski de rando, le PTV se voit revu à la hausse. Bref je gère mon dernier virage en douceur pour éviter un roulis gênant pour poser en ski. Et face à la brise je descends tout debout. Sauf que j’en ai oublié les spatules à mes pieds. Et alors que les skis touchent le sol, je fléchis les genoux et suis déséquilibrée en arrière. En somme je finis le cul dans la neige histoire de donner du spectacle au saisonnier dans le chalet nordique. Evidement pas de bobos, je suis même morte de rire. En fait une euphorie à peine contrôlée m’a accompagnée tout le long de ce vol en ski. Mika hilare à la vue de mon attéro acrobatique arrive pour m’aider. Alors je vois sur son visage rayonnant qu’il a lui aussi apprécié de décoller en ski. En résumé, nous avons tous les deux adoré notre premier ski de rando et vol. Et nous avons déjà hâte de recommencer.

Bilan de ce premier ski de rando et vol

Finalement réaliser notre premier ski de rando et vol en station fut une bonne option. En réalité, l’atout majeur de décoller et atterrir sur un terrain sécurisé et repéré rassure. Au final nous avions juste à porter notre attention sur la prévol, la manipulation des skis et la temporisation pendant la glisse d’envol. D’ailleurs ce ne fut pas si simple pour moi contrairement à Mika. En fait ce qui m’a gêné c’est l’intensité du vent. C’était un poil soutenu et je n’ai pas réussi à contrôler en face voile ski au pied. L’idéal pour un premier décollage à ski est un vent nul à faible. Alors le décollage en dos voile se fait très facilement en contrôlant sa vitesse en chasse-neige sur les skis. 

Donc le jour où vous serez décidez à décoller en ski, choisissez une journée sans vent. Et sincèrement si vous êtes dans les Alpes du sud, faites le à Montgenèvre. Finalement c’est peut-être réellement un des plus beaux décollages des Hautes-Alpes. Mais il nous reste à vérifier ça en allant découvrir d’autres spots de ski de rando et vol.

Cet article a 2 commentaires

  1. Thibaut

    Top, ton article. C’est clair que le déco à ski en vent fort peut parfois être compliqué….d’autant plus si tu n’es pas sur une piste damée 😉 . Perso j’ai passé des petites bandelettes de tissu skytex de 40cm environ et 2cm de large dans les boucles d’attaches des suspentes au niveau du bord d’attaque (4-5 suffisent) et j’ai juste à les faire passer par dessus le bord d’attaque et les enfoncer dans la neige pour maintenir la voile plaquée au sol et éviter ainsi qu’elle glisse ou que le vent la balade de droite et de gauche….

    1. sev

      Merci Thibault pour ton astuce au top ????
      J’avais hésité à acheter un susi équipé de petites sardines justement pour la maintenir dans la neige…je m’étais j’en aurais pas besoin, grosse erreur car cela m’aurait bien aidé ????
      Au plaisir de partager une sortie en ski de rando et vol un de ces jours
      Sev

Laisser un commentaire